Le Tournant, Klaus Mann

Le Tournant séduira tous les fans du genre de l'autobiographie. Mais pas seulement. Le récit de Klaus Mann, fils de Thomas Mann, plaira aussi à quiconque s'intéresse à la littérature européenne, à la naissance du sentiment européen, quiconque aime les témoignages de guerre et cherche à en savoir plus sur l'un des écrivains les plus intéressants de sa génération.

Pourquoi Lire Le Tournant ?

  • Le livre : un des témoignages les plus importants du XXe siècle. Nazisme, guerre, naissance de l’Europe, milieu littéraire et scène homosexuelle traversent l’ouvrage.
  • Le décor : avec Klaus Mann, on voyage entre Munich, les États-Unis et la France des années 1920 à 1950.
  • Le genre : c’est une autobiographie, celle d’un jeune Allemand homosexuel, qui grandit sous le nazisme et comprend très vite que son histoire deviendra l’Histoire.
  • Le style : fils d’écrivain et écrivain lui-même, la prose de Klaus Mann est très belle. Des mots justes et des phrases qui donnent envie d’enchaîner les pages lues.

L’histoire

C’est la vie de Klaus Mann, son autobiographie, qu’il a commencé à écrire dans sa trentaine. Mais c’est une vie bien remplie qu’on nous donne à lire !

Fils du prix Nobel de littérature Thomas Mann, Klaus grandit dans une maison bourgeoise à Munich. Ouvertement homosexuel, nourrissant des ambitions littéraires, très vite il fait tache avec sa sœur Erika dans la ville qui voit naître le nazisme. Alors ils vont fuir. D’abord dans d’autres pays d’Europe, ils vont créer une revue littéraire antifasciste. Puis dans le monde, en Asie, aux États-Unis.

L’histoire d’une vie et le témoignage d’une époque

Klaus Mann et Sa famille

En nous parlant de son enfance, c’est finalement la bourgeoisie allemande de la première moitié du XXe siècle que nous décrit Klaus Mann. Comment élevait-on les enfants ? Comment grandissait-on dans ce milieu européen éduqué ?

Et comment grandit-on en tant que fils de l’un des auteurs les plus célèbres du pays et du continent ? Comment devenir l’écrivain qu’on veut être quand on grandit dans l’ombre d’un Prix Nobel de littérature ?

À quel point notre éducation et notre milieu influent sur toute notre vie ? À la lecture du Tournant, on se rend bien compte que ce qu’on lui a inculqué, les lectures qu’il a faites, les relations qu’il a noué ont décidé de la vie de Klaus Mann. Son écriture, ses engagements politiques, ses décisions et ses fuites. Tout semblait écrit.

L’Europe des auteurs

Klaus Mann voyage beaucoup avec sa sœur Erika. Ils vont rencontrer nombre d’écrivains et d’artistes. C’est l’occasion pour nous d’en savoir plus sur ces figures majeures du XXe siècle.

Grâce aux relations de Klaus Mann, on fait la connaissance d’André Gide et de Cocteau, on rencontre René Crevel. On visite l’Europe avec E. M. Forster et Aldous Huxley. On discute d’Oscar Wilde, de Stefan Zweig, d’André Breton, de Kafka.

Entre les deux guerres, c’est aussi le moment de réfléchir à la naissance d’une union des pays européens. Qu’est-ce que l’Europe ? s’interroge Klaus Mann après Romain Rolland et Stefan Zweig. Alors que le nazisme s’installe en Allemagne et que la guerre devient une certitude : quel avenir pour cette Europe qui vient à peine de naître ?

« Qu’est-ce que l’Europe ? Un insignifiant prolongement de la masse des terres asiatiques, une presqu’île d’une structure complexe, et qui porte le nom d’une princesse phénicienne. »

Le Tournant, Klaus Mann

Homosexualité dans l’Allemagne d’Avant-guerre

Contrairement aux écrits de Christopher Isherwood, on apprend très peu sur les scènes gay européennes de l’entre deux guerres chez Klaus Mann. Dans Le Tournant, l’auteur ne nous donne pas à voir les cabarets de Berlin. Mais plutôt les théâtres d’Allemagne et les salons parisiens.

C’est la vie d’un jeune homosexuel que l’auteur nous raconte. Mais c’est surtout en esthète, en intellectuel, en écrivain, que Klaus Mann se raconte. Pourtant, en lisant entre les lignes, on comprend qu’il ne se cachait de rien à Munich et Berlin.

C’est parce qu’il choque sur les planches avec sa sœur, qu’il s’affiche aux bras d’hommes et de femmes en public, qu’il mêle art et activisme, qu’il se sentira menacé par l’atmosphère qui règle à Munich et qu’il fuira avec Erika.

Le nazisme et la guerre

Comme nombre d’écrivains allemands de l’époque, Klaus Mann est déchiré entre la fuite et le combat. Après avoir raillé son père qui a fuit, il décidera lui aussi de quitter l’Allemagne nazie.

Il va aller France, en Suisse, en République Tchèque. À Amsterdam, il va créer une revue antifasciste, Die Sammlung pour publier les textes de ses amis qui dénoncent la situation en Allemagne. Avec sa sœur, il sera reporter de guerre en Espagne, avant de fuir aux États-Unis. Là-bas non plus, il ne peut pas rester inactif. Il va alors se faire enrôler dans l’armée pour combattre l’Allemagne nazie aux côtés des Alliés.

« Quelle sorte d’histoire ai-je donc à raconter ? L’histoire d’un intellectuel entre deux guerres mondiales, celle d’un homme, par conséquent, qui a dû passer les années décisives de sa vie dans un vacuum social et spirituel, s’efforçant avec ferveur – mais sans succès – de s’intégrer à une communauté quelconque, de se soumettre à un ordre quelconque, toujours errant, toujours vaguant sans trêve ni repos, toujours inquiet, toujours en quête…
L’histoire d’un Allemand qui voulait devenir Européen, d’un Européen qui voulait devenir citoyen du monde. »

Le Tournant, Klaus Mann

Ce que j’en ai pensé

Le Tournant est le livre que j’ai le plus relu. Et l’un des livres auxquels je tiens le plus dans ma bibliothèque. C’est bien simple, à chaque fois que je relis cette autobiographie, j’y trouve des nouvelles choses. Ce livre et ce récit sont tellement riches !

C’est long (c’est un petit pavé en poche), mais ça se lit très vite ! Parce qu’à chaque étape de sa vie, Klaus Mann parvient à tenir les lectrices et les lecteurs en haleine.

Où trouver Le Tournant de Klaus Mann ?

Le Tournant a été publié en français dans la collection Babel d’Actes Sud. Vous aurez peut-être la chance de le trouver dans une librairie près de chez vous.

Que lire après ?

C’est l’occasion de se plonger dans l’œuvre de Klaus Mann ! Pour l’instant je n’ai lu que Speed, un recueil de nouvelles et Alexandre, roman de l’utopie, une œuvre de jeunesse sur Alexandre le Grand et une possible relation avec un autre homme. J’ai très envie de lire maintenant ses deux romans les plus célèbres : La danse pieuse et Le volcan.

Je vous conseille également ces ouvrages de contemporains de Klaus Mann :

  • Mon corps et moi, René Crevel
  • Christopher et son monde, Christopher Isherwood
  • Les faux-monnayeurs, André Gide

Le Tournant, Klaus Mann est un livre qui se passe en Allemagne.

Leave a Reply