Bâtir aussi, Ateliers de l’Antémonde

Bâtir aussi est un recueil de nouvelles. Des militant·es féministes et anticapitalistes des Ateliers de l’Antémonde ont décidé d’imaginer un monde différent en 2021. C’est un futur très proche et pourtant complètement bouleversé. Parce qu’après les événements du printemps arabe, un mouvement mondialisé est né : l’Haraka. C’est ce monde que nous donnent à lire par petites touches ces nouvelles, abordant différent sujets qui font débat parmi les personnages du livre.

POURQUOI LIRE Bâtir aussi ?

  • Le livre : Bâtir aussi est un recueil de nouvelles écrites à plusieurs mains par des militant·es féministes anticapitalistes.
  • Le décor : la vie quotidienne dans différentes villes et campagnes des régions autonomes qui ont remplacé les pays d’Europe comme on les connaît aujourd’hui.
  • Le genre : parce que les nouvelles de Bâtir aussi interrogent notre avenir, on peut définitivement parler de littérature de l’imaginaire.
  • Le style : oral et très contemporain, mais aussi très fluide. À noter : toutes les nouvelles sont écrites en suivant des règles de féminisation de la langue.

L’HISTOIRE

Toutes les nouvelles de Bâtir aussi se passent dans un futur très proche : en 2021 (le livre a été publié en 2018). Les autrices et les auteurs s’interrogent : et si le printemps arabe avait changé le monde ? Et si ces révoltes avaient donné naissance à un mouvement mondialisé ? Que se passerait-il à Grenoble, à Toulouse, à Nantes ou à Genève en 2021 ? Où en serions-nous ?

C’est ce monde qui est imaginé ici, dans toutes ces ambiguïtés, avec toutes ses questions en suspens. À quoi ce monde ressemblerait ? Comment les gens vivraient en 2021 ? Quels débats auraient-il sur la nouvelle société à construire ?

Des nouvelles militantes

Imaginer un monde différent en 2021. Ce que j’aime avec cette idée, c’est qu’elle nous oblige à réfléchir à cette question maintenant. Dans beaucoup d’utopies ou de dystopies, tout se passe dans très longtemps. On ne parle en général pas de transition. Et souvent on ne change finalement pas grand chose à la marche du monde. Dans Bâtir aussi, les autrices et les auteurs nous placent au cœur des débats. Le monde est en train de se reconstruire sur les ruines du capitalisme. Que voulons-nous en faire ?

Et ne pas avoir peur de se poser ces question en tant que militant·es. La question de notre avenir est politique, et en tant que telle, on doit l’aborder sous l’angle politique. Quelle économie ? Quels marchés ? Quelles technologies ? Quels liens sociaux ? Que voulons-nous (ou pourrons-nous) garder ? Que voudrions-nous à tout prix changer ? À quel prix ?

Finalement ces questions nous en apprennent davantage sur nos aspirations que sur le futur décrit à proprement parlé. Et c’est ça qui m’a le plus intéressé. Posons-nous les questions maintenant, pour avancer. Parce que même si le monde ne change pas aussi radicalement en 2021, on peut déjà réfléchir à ce qu’on aimerait qu’il soit.

Débats et quotidien

Mais les réflexions ne sont pas que d’ordre philosophique. Les personnages qu’on suit dans toutes ces histoires ont des rêves certes, mais ils et elles vivent tou·tes dans un monde où il faut se partager les taches. Qui fait la vaisselle ? Qui fait à manger ? Qui lave le linge ? Qui est sur les barricades et qui donne les infos à la radio ?

Ces nouvelles fonctionnent parce qu’elles sont ancrées dans le quotidien. Un quotidien sans doute différent du nôtre (quoique, certaines situations se rapprochent beaucoup des rencontres et stages d’été dans les milieux militants). Mais dans lequel on peut tout de même se retrouver.

Et c’est là à mon avis la force de Bâtir aussi. Les nouvelles permettent de prendre des instants de vie, de se concentrer sur de courts moments qui nous permettent de mieux entrer dans ce monde imaginé. À chaque fois, par une petite porte. Et ça évite les écueils habituels des récits de science-fiction. Ce monde de 2021 est réaliste, parce que ce n’est pas une grosse machine inventée de toute pièce pour délivrer un message. Ce sont des instants, des touches, qui dépeignent bien mieux ce à quoi nos vies ressembleraient dans un monde bâti sur les ruines du capitalisme.

CE QUE J’EN AI PENSÉ

Toutes les nouvelles ne se valent peut-être pas (ou peut-être seulement que j’ai été plus sensible au style ou à l’histoire de certaines), mais le recueil mérite vraiment d’être lu. Je trouve le concept très bon.

Et j’aime surtout les parti-pris : bâtir un nouveau monde sur les bases d’un monde abîmé et complètement changé, et se questionner sur ce qu’un tel monde pourrait être. J’aimerais tellement que plus de livres qui sont publiés aujourd’hui se posent ces questions, sans tomber dans les réponses faciles. La force de Bâtir aussi, c’est justement de ne pas donner des réponses. Mais de continuer de se poser les bonnes questions.

Je veux aussi souligner la féminisation du texte. Ça fait plaisir de voir de la fiction écrite de cette manière. Ça prouve que ce n’est pas que pour les textes académiques, que ça ne rend pas plus difficile la lecture et que oui, la féminisation de la langue est viable !

OÙ TROUVER LE LIVRE Bâtir aussi ?

Bâtir aussi a été publié dans la collection Sorcières des éditions Cambourakis. Vous le trouverez maintenant en poche dans cette même collection dans toutes les très bonnes librairies.

QUE LIRE APRÈS ?

Parce que les auteurs et autrices de Bâtir aussi la remercient en début d’ouvrage pour avoir ouvert la voie des utopies ambiguës : Ursula K. Le Guin. Mon prochain livre d’elle sera La Vallée de l’éternel retour.

J’ai également très envie maintenant de livre d’autres livres de la collection Sorcières des éditions Cambourakis, à commencer par :

  • Je transporte des explosifs et on les appelle des mots, Collectif
  • Lutter ensemble, Juliette Rousseau
  • Homo Inc.orporated, Sam Bourcier

Laisser un commentaire